quand je me réveille le

matin je constate tout ce

que m'a fait la nuit

pendant que je rêvais à 

des épopées où de la

vigueur se frotte à la

vigueur devant une

colonne nue qui se prend

pour un totem gravé en

attente des clameurs de

guerriers dont la sueur

est minime dans la

chaleur de l'effort si ce

n'est du péplum sans le

kitsch pour tout l'air 

aventureux du monde

violent qui a dit que la

nuit est un baume sur

l'étendue de mes plaies

d'enfant nonroi d'enfant

tenu à distance des

adultes adultes