à leur façonnance

du blé dublé aux bestiaux

qui pour traire le lait de 

la colère

ils sont venus dépecer la

bête des malversations

leurs dents pour des crocs

votre manoir pour bouclier

combien de temps

croyez-vous qu'ils vont

être fascinés par les

motifs sur votre kimono

de soie

leurs pères déjà avaient

failli oser

ils avaient encore trop

de purin dans les yeux

la peur le prestige la

soumission la domination

il faudra qu'ils apprennent

à ne pas glisser sur les

viscères disséminées

vos domestiques éventrés
aussi

votre nom ne sera pas

gravé sur la colonne de

la honte

car ils ne prendront pas

le temps de la célébration

déjà ils donneront la

totalité de leurs mains à

l'avenir solide