CAR NOUS NE SOMMES MÊME PAS CURIEUX DE VOIR DANS QUEL ÉTAT RESSORTIRA L’UNIVERS APRÈS AVOIR ÉTÉ SECOUÉ DANS NOTRE SHAKER

Poésie

titube et ne blasphème pas le ciel vierge

Bonsoir j’ai bien reçu votre demande par e-mail pour dire mes textes que vous avez trouvés sur mon blog et aussi j’ai pris connaissance de vos trois essais vocaux sur mon texte Deux abeilles qui se frottent ne sont pas forcément gouines à la manière humaine

Dans votre premier essai vous imposez le chuchotement comme une trouvaille alors qu’il s’agit d’un choix ridiculeusement abrasif vous rabotez en vallée le massif de montagne surgi de mon imagination tellurique aux pic mirandoliens pagaillés support ciel pesant

Vous tentez de vous rattraper avec du criéhurlé je vais essayer de vous rendre compte car je sens que vous comprendrez laborieusement tellement la proue de fierté de votre navire se l’avance nez de Pinocchio

C’est un échec supérieur au précédent aussi improbable que ça ait pu paraître a priori quand on gémit sous votre première faillite Vous transformez ma ruche fertile gaiement en un jus de sous-miel pour des sous-habitants des sous-bois sans lumière Et pourtant croyez-moi bien que j’aime beaucoup le saccage Que vous vouliez roter votre vie voilà votre droit que vous pissiez gerbe inversée sur mon filon or massif là je dis stop pensez maintenant à la suppression définitive de vous-même et de la lignée calamiteuse qui pourrait résulter de votre sein

Dire que le pire arrive encore ce serait trop pleurer d’avoir à le faire si fort Vous je devrais dire tu je devrais dire merde je devrais dire néant de bouse de vache folle vous osez modifier mon texte ôtant ou remplaçant Ça vous cancériserait votre gosier de tout dire sale briseur de cohérence pourriture de ravaleur de génie Vous mettez 2mn37 à détruire ce qu’un élu pas du peuple de la considération nuesque a mis des jours à concevoir Quand je dis Les 2 abeilles ne se 69èrent pas longtemps et que j’entends Plusieurs bourdons sortirent du Rhône-Alpes assez vite Là mon désami je dis que l’on rétablisse la peine de mort la souffrance de mort la nécessité de désintégration à la rien ne subsiste sans passer par la case transformation

Je n’ose même pas vous chier à la gueule que mon trou du cul chope la peur de le faire à nouveau quand j’en aurai le besoin

 

 

Derniers textes

Derniers commentaires

  • .

    Stecha.old 02.06.2015 08:03
    RE: .
    La confiture à poète c'est la tendresse du monde ou la crème de la Ligoudille.

    Lire la suite...