CAR NOUS NE SOMMES MÊME PAS CURIEUX DE VOIR DANS QUEL ÉTAT RESSORTIRA L’UNIVERS APRÈS AVOIR ÉTÉ SECOUÉ DANS NOTRE SHAKER

Poésie

SPinQF

Défenestrer la vie de la maison de la polarisation espérantielle
Comment protéger votre texte qui vous a définitivement fatigué le protéger des mots fugueurs des yeux pas capables des volé-approprié des insuffisances de votre époque nous au moins on vous dit qu'entre nos os on le fera rouler qu'il rira toutes ses dents votre texte
Le soleil dans la bouche de la nuit c'est plusse qu'un bonbon de destruction
Le propre d'un paradis c'est d'être tellement cristallin dans sa recherche de perfection qu'il s'interdit d'emblée la possibilité d'exister
J'ai allongé ma baignoire pour faire une piscine qui s'est cru maligne à imiter l'océan méchant qui a jeté son tsunami sur moi heureusement que j'avais appris le surf le mois d'avant
Ma tête à penser à bouffer à rougir à haïr je ne voudrais pas qu'on me l'arrache pour me foutre un autre modèle à meilleure présentation meilleur rendement meilleure carnation
Mamère est morte en faisant du bilboquet pas du bilboquet rentre-dedans-vide-arrosage elle jouait bilboquet avec la tête de son premier né mort-né elle a voulu le voir de trop près
La terre vieille soupire quand je saute sur elle elle n'a plus l'élasticité pour m'envoyer au fondelaba
Le thé qui coule dans mon gosier a payé pour s'y toboggan il sent bien ce thé exigeant qu'on ne l'a pas trompé
Où on me voit dans l'océan rouge de moi répandu sur la lissitude des fonds
Tu tues le mouvement tu tues la volonté
Elle a quitté ses moutons pour lui sucer les cheveux un à un
Pleine de vieilles ruelles bourrées de vieilles barraques agonisant de vieilles personnes spasmant de vieux rêves
C'est de là que tu verras le mouvement des gens à priorité
Si tu ouvres grand la bouche on n'aura pas besoin de faire souffrir ce porc à l'abattoir
Ce n'est pas une rue où on marche où on vient prendre où ton cheval te dépose après la croisade
J'ai demandé à cette équipe de scientifiques de trouver comment stopper dans mes cellules aventureuses ce besoin de transhumance Ces scientifiques sont méchants Ils ont instillé dans mes cellules dépressives l'idée de l'univers à calmer Je ne fais plus confiance à la science
Cet homme qui ne cesse de parler pour ceux qui ne cessent d'écouter sans qu'on se demande si les mots ont leur vérité dans ce garage d'une banlieue paisibilisée
Dans le pot à cellules on ne trouve que des cellules bigarrés dont la mise en proximité dans une peau ne saurait constituer une nature humaine

Derniers textes

Derniers commentaires

  • .

    Stecha.old 02.06.2015 08:03
    RE: .
    La confiture à poète c'est la tendresse du monde ou la crème de la Ligoudille.

    Lire la suite...